[ RETOUR SUR ] LA SOIREE APEROLEX DU MARDI 16 JANVIER

VISUEL

 

Nées d'une idée similaire de transformer le secteur et les pratiques juridiques, les associations Open Law et ShareLex ont décidé d'unir leurs forces, pour une action encore plus efficace reposant sur la complémentarité de leurs approches en faveur d'un droit ouvert, accessible et partagé.

 

Le mardi 16 janvier 2018 au soir s’est tenu le premier Aperolex commun des associations Open Law et Sharelex. Nous étions une vingtaine à nous retrouver dans les locaux d’Open Law.

 

Le but de cette première rencontre était de présenter les deux associations et de dialoguer autour de nos nouveaux projets : développer les LaboLex en ajoutant les thématiques aujourd'hui longuement traitées au sein d'Open Law (legal design, smart contract, IA et droit, interprofessionnalité) et en animant celles qui existent au sein de la communauté ShareLex (économie collaborative, monnaies sociales, création de ressourcerie).

 

Le but est également de réunir les autres projets "amis" afin de développer ensemble la plate-forme et renforcer nos communautés de passionnés, experts, makers et innovateurs…

 

 

table1

 

 

Sharelex est né en 2012 à l'initiative d'Anne-Laure Brun-Buisson et d'un collectif de juristes, développeurs, designers et entrepreneurs. Pour Anne-Laure Brun-Buisson, il y a le double constat que :

  • la relation entre expert du droit et utilisateur du droit est abîmée
  • les utilisateurs du droit ont une expérience du droit qu’il serait fécond de faire vivre aux côtés de l’expertise des professionnels du droit.

ShareLex est donc né de la volonté de permettre la rencontre et la coopération entre différents acteurs du droit.  Ces rencontres, les LaboLex et les AperoLex sont le cœur de ShareLex. Des acteurs qui n'auraient pas eu l'occasion de se rencontrer autrement ont donc pu collaborer. Open Law et Sharelex sont ravis de faire perdurer ces rencontres.

L’outil Sharelex est venu ensuite pour permettre la diffusion des travaux des groupes. Pour Anne-Laure, Open Law est le partenaire idéal pour porter ce projet à une autre échelle et une autre dimension. Open Law va reprendre la présidence de Sharelex, et l’idée est de se servir de la plateforme comme d'un facilitateur.

 

Pour Benjamin Jean, président d’Open Law : « nous avons voulu créer une communauté sur chaque sujet que nous mettons en marche, en matière de pédagogie, de smart contract, de legal design. Il faut que nous restions lisibles sur nos projets ».

 

Nous nous sommes posés la question suivante : quels outils pour assurer une meilleure utilité des ateliers physiques que nous avons réalisé au sein d’Open Law ? L'outil Sharelex serait une véritable vitrine numérique.

Mais comment définir le terme « commun numérique » ?

Pour Sumi Saint-Auguste, vice-présidente d’Open Law, il faut se demander comment créer des ressources communes, avec tous les acteurs qui ont accès au numérique. Nous avons l’ambition de développer la communauté et assurer la pérennité du modèle.

 

 

TABLE2

 

 

À la suite d’un brainstorming , nous avons proposé plusieurs idées et remarques, de manière informelle, autant sur le fond que sur la forme de notre collaboration :

Il manque peut-être à Open Law un espace de discussion sur les programmes en cours et les problématiques émergentes.

 

Nous pouvons combler ce besoin :

 

  • En créant des espaces transversaux afin d’assurer la visibilité et l’évolution des différents travaux
  • En notifiant les actus d’Open Law via Sharelex
  • En assurant l’horizontalité des échanges entre Open Law et la communauté
  • En ouvrant des forums sur différents thèmes : la conformité au RGPD ou encore sur l’open doctrine

 

 

Différents questionnements sont ressortis :

 

  • Comment Sharelex et OL peuvent faciliter les échanges de pair à pair, fluidifier la communication entre professionnels autour d'une thématique ?
  • Comment Sharelex et OL peuvent faciliter la discussion entre experts et utilisateurs sur la définition du champ des communs juridiques ?
  • Comment aider à la mise à jour des FAQ existant sur Sharelex ?
  • Comment pouvons-nous aider les travailleurs indépendants qui rencontrent des problématiques juridiques ?
  • Comment favoriser, à travers le droit, le partage entre plateformes collaboratives ?
  • Comment l’IA peut favoriser le développement de nouveaux outils juridiques et comment aider à ces financements ?
  • En ce qui concerne la relation entre grand groupe et startups juridiques : comment développer leurs relations et quels axes de développement ?

 

TABLE3

 

Nous avons fait émerger certaines idées :

 

  • Travailler sur des moyens nouveaux de favoriser l’accès au droit
  • Intégrer des infographies pour ajouter de la matière facilement intégrable en FAQ
  • Créer une « landing-page » commune aux acteurs d’un sujet pour rester à jour

 

Sur l’Open Data juridique plus précisément :

 

  • Trouver des idées d’articles pour promouvoir l’open data juridique et les communs
  • Recueillir des témoignages extérieurs (ou des retours types consultations) d’usagers et d’étudiants
  • Dans le cadre d’un guide de bonnes pratiques, pousser les signataires à diffuser en ligne leurs données.

 

Nous remercions les participants de cet Aperolex, et nous vous invitons à continuer à suivre nos différents travaux et nos prochains événements sur le sujet !

Open Law & Sharelex

Retour au blog

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.